Témoignage Aide à domicile

Isabelle Robert Aide à domicile
salariée avec le + d’ancienneté, à l’Adar depuis Avril 1981 !

Quel est votre parcours à l’ADAR ?

Je suis arrivée à l’ADAR en 1981, j’avais alors 19 ans. J’avais un BEP sanitaire et social et une expérience en Maison de retraite qui m’a donné envie de travailler auprès des personnes âgées. J’étais sur le secteur de Marsac, en milieu rural. Les premières années, j’étais seule sur mon secteur donc impossible d’échanger sur mes pratiques avec des collègues. J’ai dû apprendre certaines choses sur le tas et me débrouiller. Quand je suis arrivée, les Responsables de secteur étaient encore des bénévoles.

Que diriez-vous à une personne qui débute ou souhaite faire ce métier ?

Au-delà d’aimer le contact avec les personnes âgées, il faut être disponible pour les autres et savoir garder une certaine distance. Dès le début, le plus important est d’apprendre à faire la différence entre travail et vie privée. La discrétion doit, également faire partie du quotidien.
Il y a forcément des moments de doute et de détresse. Il faut relativiser, profiter des formations pour trouver des réponses. Les formations sont importantes. Les Responsables de secteur sont aussi là pour nous rassurer.

Avez-vous vu votre métier évoluer ?

Les générations de personnes âgées ont changé, quand j’ai commencé, c’était uniquement du ménage. Aujourd’hui, on est sur un accompagnement plus personnalisé, les usagers sont également plus ouverts. Les mentalités ont évolué même s’il persiste des remarques dévalorisantes nous qualifiant de «femme de ménage, aide-ménagère». Personnellement, je ne m’arrête pas sur ces broutilles, j’ai conscience de mes compétences et j’avance, « je laisse couler».