Portrait du mois

Isabelle,  travaille à  l’Adar depuis 2014, nouvellement diplômée ADFV

« J’ai commencé mon parcours professionnel dans le commerce, avant de rejoindre la grande distribution en 1993 que j’ai quittée vingt ans après, car ce modèle de travail ne me convenait plus. À 48 ans je voulais faire un métier qui me plaisait. Depuis ma plus tendre enfance, pour des raisons familiales, j’ai été sensible à la question du vieillissement à domicile et à l’accompagnement des personnes âgées, personnes en situation de handicap, malades… C’est  naturellement que j’ai intégré l’ADAR après un test peu concluant en EHPAD. Je trouve que l’on a plus de temps pour répondre à ce que veut l’usager (discuter, être rassuré, être écouté…) lorsque l’on est à son domicile plutôt qu’en structure. Il ne faut pas avoir peur de changer de chemin. Le travail, c’est important, on y passe plus de temps que chez nous. Mes anciens collègues ne me reconnaissent plus, ils me trouvent « radieuse », effectivement, aujourd’hui, je suis épanouie dans mon travail et dans ma vie. »

"Mon conseil : garder la hauteur
professionnelle, savoir où s’arrête
mon rôle et mettre les limites sans
culpabiliser. Les formations aident
beaucoup à cela."